Ultimate magazine theme for WordPress.

Revue de presse…politique et tensions au Proche-Orient à la UNE

0

Les réactions sénégalaises aux tensions prévalant au Proche-Orient sont au menu des quotidiens du lundi 17 mai 2021, en même temps que plusieurs autres sujets sociopolitiques relevant de l’actualité nationale.

Sur le premier sujet, relatif aux « violences à Jérusalem contre les Palestiniens », Vox Populi fait état d’une « levée de boucliers contre Israël au Sénégal ». « Concert de réprobations, marche vendredi à Dakar », souligne le journal à sa une.

Le journal cite les termes d’un communiqué commun rendu public par 13 partis politiques et mouvements citoyens, dans lequel ces organisations appellent « à défendre le droit du peuple palestinien à disposer d’un Etat libre, indépendant et démocratique ».

L’As note à propos : « L’opposition lapide Israël ». Le journal estime que « l’opposition sénégalaise semble choisir son camp », entre l’armée israélienne et les groupes armés palestiniens de Gaza, « suite à l’éclatement de la violence entre les deux belligérants ».

’’Dans des communiqués (…), les opposants ont condamné les agissements d’Israël pour prendre fait et cause pour la Palestine’’, indique L’As, pendant que le quotidien Alerte Info souligne « la position confuse’’ du président Sall relativement à ce conflit israélo-palestinien.

C’est que le Sénégal ’’ne peut pas se mettre à dos Israël’’, explique le quotidien L’Observateur, citant le professeur Mamadou Aliou Diallo, enseignant en relations internationales à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Le fait que le président Macky Sall ’’puisse prendre la parole pour fustiger les positions des Israéliens par rapport aux Palestiniens, d’un point de vue diplomatique, ce n’est pas quelque chose qui pourrait arranger le Sénégal dans ses relations’’, analyse cet universitaire.

Il répète que les Etats ’’n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts’’, en faisant observer que le Sénégal ’’a de bonnes relations avec la plupart des Etats du monde’’, dont « les plus puissants de la planète’’, ’’tous derrière Israël’’.

L’actualité relative au Proche-Orient, aussi importante qu’elle soit, n’élude pourtant pas totalement d’autres sujets abordés par les quotidiens, dont plusieurs s’intéressent à l’actualité politique.

Sud Quotidien, dans sa rubrique politique, annonce la gestation d’une ’’large coalition en vue des élections locales’’, une sorte de défi à l’endroit du président Macky Sall, selon ce journal.

Tribune, qui traite du même sujet, affiche : ’’Une large coalition de l’opposition prend forme’’. ’’L’opposition ne compte pas se laisse surprendre, en perspective des élections » arrêtées pour le dimanche 23 janvier 2022, avance le journal.

Il ajoute que dans cette perspective, ’’elle travaille autour d’une large coalition pour se donner les moyens de renverser la tendance lors de ces joutes électorales considérées comme des primaires en direction des législatives prévues la même année (sauf report) et de la présidentielle de 2024″.

Kritik’ s’intéresse à la situation interne au parti au pourvoir, l’Alliance pour la République (APR), qui mettrait en œuvre une stratégie de ’’neutralisation des +têtes émergentes+’’, en perspective justement de la prochaine présidentielle.

’’En sortant du gouvernement la plupart des présidentiables de l’APR, Macky Sall a, selon la version officielle, voulu étouffer dans l’œuf toute velléité de candidature pour 2024 avant l’heure. Mais, en affaiblissant des compagnons politiques de la première heure, il a fait braquer les projecteurs sur son propre agenda’’, écrit le journal.

Le quotidien Enquête, s’interroge, dans ce contexte, sur les voies et moyens d’exorciser ’’les démons’’ de la violence au Sénégal où de plus en plus, souligne le journal, ’’on assiste à un règlement des différends socio-politiques par la violence.’’

’’On va vers le chaos’’, assène l’historien et homme politique Abdoulaye Bathily, selon qui les évènements de mars ramènent le Sénégal ’’à la case de départ’’.

L’interpellation du député et opposant politique, Ousmane Sonko, visé par une plainte pour ’’viols répétés et menaces de mort’’, avait suscité une vague de manifestations à l’origine d’une explosion de violence rarement enregistrée au Sénégal.

Les échauffourées ayant opposé pendant plusieurs jours forces de sécurité à des jeunes principalement se réclamant de l’opposant ont provoqué une dizaine de morts à travers le territoire sénégalais.

Les dignitaires religieux, musulmans et chrétiens, ont été mis à contribution pour un retour au calme et à l’apaisement, une médiation qui a également conduit à la mise en liberté provisoire de l’opposant. Des actes de violence rarement vus au Sénégal avaient éclaté en mars.

Dans des propos relayés par Walfquotidien, Ibra Sène du Parti de l’indépendance et du travail (PIT, mouvance présidentielle), prévient pour sa part l’opposition contre la tentation de s’emparer du pouvoir par la rue. Ce sera « à ses risques et périls’’, dit-il.

Le Soleil apporte une certaine légèreté à la crispation inhérente à ces sujets, par le biais d’un retour sur la vie du Théâtre national Daniel Sorano, qui ’’ravive sa splendeur’’, selon le journal.

 Source APS

Laisser un commentaire