Ultimate magazine theme for WordPress.

Sénégal : c’est grave ! les grands transitaires deviennent tous pauvres

ce patron d'une société de transit a fait faillite
0

L’activité transit meurt au Sénégal. La plupart des sociétés de transit traversent en ce moment des difficultés financières ou sont presque en situation de faillite. Rares sont les sociétés de transit qui voient leur tète sortir de l’eau.

« Nous sommes loin de la période où les sociétés de transit vivaient dans l’opulence. Il faut dire qu’avant tout se déroulait à merveille, il n’y avait pas trop d’intermédiaires dans le circuit et les entreprises en transit, s’en sortaient bien. Mais, maintenant que voit-on ? L’Etat offre un marché en or à une entreprise étrangère qui profite de la situation pour se sucrer sur le dos des Sénégalais. Dubaï Port World ne se soucie guère de l’amélioration de la qualité du service qu’il offre.

Tout ce qui intéresse les dirigeants de cette société, c’est de tirer le maximum de profits. Les taxations augmentent. Au niveau de chaque chaine, il y a des taxes. Les entreprises en transit ne parviennent pas à sortir de la situation, elles sont obligées de mettre leur personnel en chômage technique. Alors qu’auparavant, c’est un secteur qui recrutait beaucoup de monde », confie ce transitaire trouvé au môle 8.

Transit : Le secteur meurt

Toutefois, il faut dire que ce secteur que la crise qui frappe le secteur du transit ne relève pas seulement de la faute de Dubaï Port World. Elle est plus profonde et est d’ordre structurel. « Avant, parce que les entreprises s’en tiraient bien, beaucoup sont venus s’installer dans le secteur. Nous avons vu des personnes sans aucune formation, devenir du jour au lendemain transitaires.

C’était l’anarchie qui régnait dans le secteur, et il faut dire que l’Etat est resté les bras croisés, alors qu’il pouvait faire quelque chose pour mettre fin à cette situation », souligne un autre de nos interlocuteurs. Il met en avant le fait que l’Etat pouvait mettre de l’ordre dans le secteur en réglementant.

Certains mettent du doigt la mauvaise gestion des biens des entreprises en transit par leurs dirigeants. Ce sont eux qui sont accusés d’avoir mis en premier leurs propres structures en difficulté. « Beaucoup de chefs d’entreprise ne se souciaient guère de quoi demain sera fait, en gaspillant les biens de leur société. D’autres ont choisi de faire couler leurs propres entreprises, en réinvestissant toutes les sommes qu’ils gagnaient dans d’autres secteurs », poursuit-il. Il y a enfin la covid-19 qui a freiné les activités dans le secteur.

L’activité est en difficulté. Beaucoup de chefs d’entreprise sont obligés de se séparer d’une partie de leurs employés, en faisant recours toutefois à leurs services, si on leur confie de la marchandise à dédouaner.

C’est comme A. M. avait vu cette situation qui frappe le secteur du transit venir. Employé à la SOBOA, il confie qu’il y a quelques années de cela, ITOC avait voulu le débaucher. « ITOC m’avait proposé un salaire supérieur à celui que je gagne à la SOBOA. Mais, comme si je voyais venir les difficultés que connaissent les entreprises en transit. Pour plus de sécurité, j’ai choisi de rester à la SOBOA, et je ne le regrette guère aujourd’hui », déclare-t-il.

Signe que rien ne va plus dans le secteur, un de nos interlocuteurs nous désigne un groupe de personnes assises sur un banc aux alentours du môle 8. « Vous les voyez, ce sont des transitaires sans emploi. Ils viennent ainsi dans l’espoir de trouver quelqu’un pour leur confier des produits à sortir du port. Ils pourront ainsi gagner quelque chose et rentrer tranquillement chez eux. Ce sont tous des pères de famille ».

La Rédaction de xibaaru

laissez un commentaire