Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko dans le collimateur de Macky…tout est prêt pour l’abattre

0

Macky tient Ousmane Sonko…Il va l’abattre avant 2024

Les dix-huit prochains mois seront très politiques au Sénégal. Ils marquent le dernier tournant avant l’élection décisive de 2024. Les sénégalais devront faire un choix crucial : choisir la personne qui va diriger le pays pendant les cinq prochaines années. Macky Sall part affaibli par une opposition très hostile. Mais le locataire du Palais est une bête politique, il n’a pas encore joué sa dernière carte. Macky, qui a activé son nouveau piège, tient un adversaire qu’il risque d’abattre avant 2024.

Le Président Macky Sall sait comment laisser ses marques en politique. Acculé par de nouveaux types d’opposants, le chef de l’Etat vient d’ouvrir un autre front pour disperser les forces de l’opposition. Il a donné des instructions au nouveau ministre de la justice, Ismaila Madior Fall, pour qu’il trouve des voies et moyens pour permettre à Khalifa Sall et Karim Wade d’être amnistiés. Un plan mûrement réfléchi par le patron de Benno Bokk Yakaar.

sonkoCette énième tentative du président Macky Sall consiste à neutraliser la menace Sonko. Mais il semble que le leader du Parti des patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) semble ne pas prendre au sérieux le danger qui le guette. Erreur monumentale ! Non seulement Karim et Khaf sont des menaces pour Sonko. Mais le retour aux affaires de ces bannis pourrait permettre à Macky de liquider définitivement Sonko avant la présidentielle.

L’affaire Sweet Beauty place Ousmane Sonko à l’intérieur du filet de Macky Sall. Ce dossier peut survenir à tout moment. Si les deux «K» sont amnistiés, la justice pourrait profiter de cette cacophonie pour rouvrir cette affaire de viol qui oppose Sonko à Adji Sarr. D’ailleurs, selon une certaine presse, Sonko sera convoqué par le doyen des juges incessamment. Si Sonko est poursuivi pour viol, il risque dix ans de prison. Ce qui l’effacera directement de la course pour 2024.

Si Sonko n’est pas poursuivi pour viol, il pourrait être jugé pour trouble à l’ordre public après son appel à l’insurrection. Un appel qui avait conduit à des manifestations qui ont fait des morts et des scènes de vandalisme (attaques contre les magasins Auchan et stations Total). Dans ce cas de figure, le maire de Ziguinchor va être condamné avec sursis. Ce qui va entraver sa participation à la présidentielle. Tout comme Macky exclu par la Constitution sénégalaise. Une aubaine pour Karim et Khalifa…

sonkoMacky Sall a tous les atouts pour lancer la machine judiciaire contre Sonko. Un doyen des juges qui n’inspire pas confiance aux patriotes. Et un ministre de la Justice connu pour être aux ordres du chef de l’Etat. Ainsi tous les ingrédients sont réunis pour permettre à Macky de tenter un dernier coup. Un coup dévastateur pour Sonko. Mais attention, il y a un paramètre que le pouvoir semble ne pas prendre en considération, le peuple.

Ousmane Sonko occupe une bonne place dans le cœur des jeunes. Les événements de mars 2021 sont toujours dans la tête des sénégalais. Si Macky tente encore d’éliminer un adversaire politique, il risque de plonger le pays dans une spirale de violence sans fin. Alors cette affaire d’amnistie est un couteau à double tranchant contre le locataire du Palais. Ses bienfaiteurs peuvent aussi se retourner contre lui à tout moment.

Il peut éliminer Sonko. Mais il aura du mal à éliminer ceux qu’il a amnistiés. Ces bannis peuvent toujours ruminer leur vengeance et frapper au dernier moment. Macky Sall peut affaiblir un adversaire de la trempe de Sonko mais ne pourra pas éviter un second tour face à Khalifa Sall et Karim Wade. Et un second tour pour un président en exercice signifie la défaite. Abdou Diouf face à Wade et ce dernier face à Macky ont tous échoué au second tour.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire