Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko, le révolutionnaire délire…il devient un guignol du net (Regardez)

3

Les délires médiatiques d’Ousmane Sonko l’ont transformé en amuseur du net, à l’image d’un ex dictateur d’un pays frontalier dont le règne fugace fut l’occasion de grand-messe tragicomiques durant lesquels il faisait grand étalage de ses talents de clown, auréolé de l’insolente fatuité d’un tartarin convaincu de ses talents de tribun sauveur de son pays.

Les Sonko Show se suivent et se ressemblent donc, toujours fanatiquement guettés par les mêmes spectateurs avides des déclarations va-t’en guerre de leur tigre en papier, dont les propos sans effet, comme des coups d’épée dans l’eau, démontrent combien Ousmane Sonko, qui n’ignore certainement pas que «la définitive justice porte un nom, et qu’elle se prénomme Conscience » est irresponsable, et manque autant de retenue que de culture politique.

Confiné chez lui, ses troupes fanatisées contenues loin de la rue et obligées par la force publique de battre en retraite et fuir se cacher, l’homme a peu goûté la déculottée de la coalition Yewwi Askan WI dont il est le chef autoproclamé.

Les conférences de presse organisées par cette entité, même si elles lui permettent de ramener le débat à lui, ne lui suffisent plus pour donner libre cours à son délire paranoïaque. Ousmane Sonko nous administre chaque jour la preuve que « la dictature du micro est aussi celle des idiots », par son besoin irrépressible de disposer du micro pour lui tout seul, pour faire son show, à la hauteur de la rage impuissante qui l’étouffe et qui doit donc trouver un exutoire, par la violence de ses mots, et l’insolence des propos qu’il adresse aux Institutions de notre pays.

Ainsi, oubliant perfidement que ses affidés et lui sont les instigateurs du désordre et des dommages collatéraux chiffrés à trois morts impossibles à passer par pertes et profits et dont ils devront rendre compte, Ousmane Sonko s’est érigé lors de son dernier discours en trublion dressant le réquisitoire contre les patrons de la sécurité publique, au premier rang desquels le Président de la république, le Ministre de l’Intérieur Antoine Diome et le Général Moussa Fall, dont il a, pour finir, augustement annoncé la traduction prochaine devant les juridictions de ce pays, dès après le mois de février 2024, qui marquera, par la force argue-t-il, la fin du régime de Macky Sall !

sonko
Ousmane Sonko leader du parti les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef)

Heureusement que sa parole n’est pas instituante, et le public virtuel qui s’amuse de ses délires et frasques médiatiques n’est pas représentatif du peuple sénégalais, qui lui a clairement démontré, ses partisans et lui, qu’il ne laisserait personne brûler ce pays !

Les citoyens sénégalais savent fort bien en effet qu’ « une seule chose différencie la jungle de la société dite civilisée : l’Etat de droit »

Ousmane Sonko est donc devenu un prédicateur du net, après avoir échoué à régner sur la rue. Sa surprise a été énorme, quand il s’est rendu compte que tous les soutiens bruyants qui lui manifestaient fidélité et détermination à se sacrifier pour servir sa cause lui ont fait faux bond, ce 17 juin.

« L’ambition dont on n’a pas le talent est un crime », disait Chateaubriand. Ousmane Sonko sait qu’une page s’est tournée, et que plus rien ne sera plus comme avant pour les membres de sa coalition et lui, qui ont largement présumé du mécontentement populaire pour espérer déstabiliser le régime en imposant un rapport de forces qui a consacré leur échec lamentable. Ils ne s’en relèveront pas.

sonkoNul ne peut se prévaloir de ses turpitudes, et Ousmane Sonko l’aura appris à ses dépens. Alors, l’homme, comme un chat qui retombe toujours sur ses pattes, enfourche pour donner encore le change, le combat porté par tous les pseudo intellectuels et artistes en panne d’inspiration : le rejet de la France Afrique, la dénonciation de l’ingérence française dans les affaires internes aux pays africains considérés comme leur pré carré.

Sa diatribe s’est abattue donc sur ce pays, stigmatisant au passage le Président de la République d’un Etat ami du Sénégal accusé d’en être un des suppôts, avant de se noyer à nouveau dans un appel à la jeunesse autour de ce thème qu’il juge sans doute plus mobilisateur que celui des manifestations violentes contre le régime, sur fond d’accusation de violation de l’Etat de droit pour priver sa coalition d’une participation aux élections législatives du 31 juillet 2022.

Tout autant, les accusations de « neddo ko bandum » fomenté en système de gouvernance par le Président Macky Sall lui auront attiré une flopée de désapprobation qui ont certainement gâché sa nuit de ce 17 juin, décidément longue comme un chemin de croix à l’issue implacable : la chute.

Le Sénégal tient son guignol du net : Ousmane Sonko, et son Sonko show !

Regardez sa vidéo…un vrai guignol

 

La Rédaction de xibaaru

Afficher les commentaires (3)