Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko risque de rater la présidentielle de 2024 : Les raisons…

6

L’élection présidentielle de 2024 se prépare déjà. Les futurs candidats potentiels renforcent déjà leurs bases respectives en attendant le grand rendez-vous. Ousmane Sonko ne voudra, pour rien au monde, rater ce jour-j. Mais le leader du parti des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) risque d’avoir la grosse surprise de sa vie. Le député accusé de viols et menaces de mort pourraient ne pas faire partie des candidats. Il avance en terrain miné à deux ans de cette élection.

Ousmane Sonko devra préparer plus que les élections locales de janvier 2022. Pour beaucoup d’analystes politiques, le patriote en chef est le 5e président du Sénégal par excellence. En effet, le parlementaire représente la seule véritable opposition qui fait face à Macky Sall. Depuis son avènement en politique, il ne rate aucune occasion pour descendre le régime en place. Parfois même il adopte des positions très hostile envers le pouvoir. Des positions qui ne font pas l’unanimité chez beaucoup de ses souteneurs.  Alors pour arriver jusqu’à la présidentielle, il devra redoubler d’effort. Ce parce que deux facteurs risquent d’entraver sa marche vers le Palais.

La communication est un véritable défaut chez Ousmane Sonko. Ses dérives communicationnelles ne se comptent plus. La dernière en date est son idée de lancer une monnaie locale pour la Casamance. Cette sortie est vue par beaucoup de sénégalais comme une manière de marquer un fossé entre le Sud et les autres régions. Des dérapages comme ça, on en compte souvent chez Sonko. Et cela ne laissent plus personne indifférent.

Son appel à l’insurrection pendant le mois de mars est toujours d’actualité. Ce parce que les circonstances réelles de la mort des quatorze jeunes qui ont répondu à son appel, n’est toujours pas élucidée. D’ailleurs depuis lors, il ne cesse de chuter dans les sondages. Mais au sein de son parti, les écarts de communications sont comme des pilules qui ne passent plus. Ses partisans ne partagent plus tous les arguments qu’il avance. Et Pastef n’acceptera pas d’être emporté par les sorties maladroites de Sonko.

En d’autres termes, Ousmane Sonko devra soigner sa communication s’il veut être le candidat de Pastef pour 2024. Mais il devra régler plus que sa communication s’il veut déboulonner Macky Sall. L’affaire « Sweet Beauty » est une épée de Damoclès qui plane sur sa tête. Accusé de viol par la jeune masseuse Adji Sarr, Sonko attend toujours son procès pour être fixé sur son sort.

Au Sénégal, le viol a été criminalisé depuis le 10 janvier 2020. Les personnes déclarées coupables de cet acte risque dix ans de prison de ferme. Si au terme de son procès, Ousmane Sonko est reconnu coupable de ces accusations, le candidat de Yewwi Askan Wi à Ziguinchor ne sera pas de la partie. Le malheur ne venant jamais seul, si Pastef n’anticipe pas sur les évènements, le parti sera noyé avec la chute de Sonko. Pour éviter un tel scénario, des remplaçants potentiels doivent être préparés.

Mais d’ici là, Sonko se prépare à la conquête de la mairie de Ziguinchor en attendant que son rêve se réalise. Mais avec les casseroles que traine le patriote en chef, les rêves peuvent se transformer en cauchemar.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (6)