Ultimate magazine theme for WordPress.

Un allié de Macky demande le report des élections Législatives…

0

Lorsque le député Ousmane Sonko, leader du Pastef s’adressait aux Sénégalais le lundi 8 mars 2021, il avait proposé un nouvel agenda politique national en dix points en insistant sur les élections. Nous étions en pleine crise des émeutes du mois de mars. Et parmi ces 10 points, il y’avait le « Respect du calendrier électoral et organisation d’élections libres et transparentes ». Mais aujourd’hui, si le calendrier électoral est respecté, Sonko et sa coalition Yewwi Askan Wi risquent de ne pas y participer. Et c’est un allié de Macky Sall qui demande le report des législatives pour sauver la démocratie.

Un parti de la coalition Benno Bokk Yaakaar demande le report des élections Législatives pour préserver la paix sociale et sauver la démocratie. Dans un message adressé à la rédaction de xibaaru, Cissé Kane Ndao, président du parti Alliance démocratique pour la République (ADER) demande au président Macky Sall, le report des élections législatives pour restaurer l’État de droit et mettre fin aux dérives actuelles préjudiciables à la démocratie.

DU REPORT DES LÉGISLATIVES, POUR METTRE FIN À LA PAGAILLE

légis
Cissé Kane Ndao (à gauche) et le leader de Benno, Macky Sall (à droite)


Il est temps que le report des Législatives soit prononcé, pour restaurer l’État de droit et mettre fin aux dérives actuelles préjudiciables à la démocratie. De déclarations en contre-déclarations, le ridicule jeu de yoyo politicien au rythme des polémiques et relances, d’accusations et d’insolentes déclamations a fini de constituer une menace pour l’État de droit, tant la surenchère verbale risque de basculer vers un pugilat aux allures de mortal-Kombat, à tout instant.

Dans le bruit de la fureur cacophonique des polémiques sonores et sans saveur, c’est le régime qui perd sa crédibilité et affaiblit l’État qu’il est censé incarner, en choisissant délibérément le battage médiatique sur fond d’invectives inopérantes qui en rajoutent à la pagaille, au point que l’opinion, surprise et estomaquée se demande finalement de l’une ou de l’autre partie, qui donc respecte le peuple, et fait confiance à nos Institutions, dont l’avis, attendu et espéré tarde à siffler la fin de la récréation.

Même si « le malheur de notre temps, c’est que tous nos ambitieux aiment le pouvoir pour lui-même », gardons à l’esprit que « la politique n’est pas l’art du possible, c’est de rendre possible ce qui est nécessaire ».

Et dans ce cas précis, il s’agit de rétablir la paix sociale et la stabilité politique nationales, facteurs vitaux pour le renforcement d’une démocratie mature, comme le prétend notre pays.
Cissé Kane NDAO
Président A.DÉ.R

laissez un commentaire