Un voile menace le Sénégal…Le président Macky doit agir

Affaire port de voile : Le Président Macky Sall interpellé

Depuis quelque temps, le débat fait rage avec l’interdiction faite au sein de l’établissement privé catholique, l’institut Jeanne d’Arc du port du voile. Certains profitent de cette affaire pour essayer d’en faire une guerre entre l’islam et le christianisme. Le khalife général des Tidianes, Serigne Mbaye Sy Mansour a même élevé sa voix dans cette affaire. L’Etat du Sénégal, le Président de la République, Macky Sall en premier, se trouvent interpellés. Il est temps de convoquer, même si certains tentent de le faire, mais maladroitement la Constitution du Sénégal.

L’article 24 de la Constitution est pourtant très claire. Il indique : « La liberté de conscience, les libertés et les pratiques religieuses ou cultuelles, la profession d’éducateur religieux sont garanties à tous sous réserve de l’ordre public. » Ce qui se veut clair. Pour dire, que les institutions, tout comme les communautés qu’elles soient religieuses, laïques ont le droit de se développer sans entrave. Et, elles peuvent de ce fait, régler et administrer leurs affaires de manière autonome.

Loin de toute passion, l’argument selon lequel, la mesure prise par les responsables de l’institut Sainte Jeanne d’Arc d’interdire au sein de l’établissement est discriminatoire, ne peut tenir la route. On parle ici, d’un institut privé catholique qui fonctionne, selon ses propres règles. De la même manière, le droit est accordé à un institut privé islamique de fonctionner selon ses propres règles. Un institut privé laïc, selon les siennes. Dès lors, le débat autour de l’interdiction du port du voile dans un institut privé catholique n’a pas lieu de se poser. Un parent d’élève musulman peut s’il n’est pas satisfait du règlement intérieur de l’institut privé catholique Jeanne d’Arc enlever son fils de cet établissement et l’inscrire ailleurs où le port du voile et autorisé. Ceci, doit se faire, loin de toute cette passion qui ne vise qu’à saper le fondement de notre République qui est laïque et démocratique.

Du reste, il serait inapproprié de parler de discrimination, dès l’instant qu’on interdit à des enfants le port du voile dans un établissement privé catholique. La discrimination, elle est déjà présente dans un établissement privé, à partir du moment où son système accepte les enfants dont les parents ont des moyens, mais exclut les couches pauvres.

La rédaction de Xibaaru