Ultimate magazine theme for WordPress.

Affaire Téliko..La part de vérité d’un chroniqueur judiciaire

Un grand syndicat apporte son soutien au juge Téliko (à droite) contre le ministre de la Justice (à gauche)
0

Ma part de vérité sur l’affaire Teliko…Par Siaka Ndong journaliste

Vouer aux gémonies le Garde des Sceaux, Ministre de la justice, pour défendre un collègue, en l’occurrence Teliko Souleymane, suspecté de faits graves relativement à son droit de réserve, voilà le sacrilège aux allures de crime de lèse-majesté que semble avoir commis avec tambour et trompette l’association dite l’Union des Magistrats Sénégalais (UMS) qui fonctionne en réalité comme un syndicat, alors qu’elle n’en a pas le droit. La loi fondamentale en son article 14 est très claire là dessus. “Les magistrats ne peuvent ni se constituer en syndicat, ni exercer le droit de grève. Il leur est également interdit d’entreprendre une action concertée de nature à arrêter ou entraver le fonctionnement des juridictions ou d’y participer”.

Avant d’embrasser cette noble profession, la règle était très claire dès le départ. C’est pourquoi, l’affaire Teliko n’est ni plus ni moins qu’un épiphénomène visant à amuser la galerie, surtout en cette période où toutes les énergies citoyennes et positives, sont concentrées, aux fins de relancer notre économie nationale qui a été malmenée depuis le mois de mars dernier, par la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19.

Il est bien de rappeler à ces magistrats devenus subitement “amnésiques”, le serment qu’ils ont prêté avant d’être installé dans leurs fonctions, en audience solennelle devant la cour d’appel, en ces termes : « Je jure de bien et loyalement remplir mes fonctions de magistrat, de les exercer en toute impartialité dans le respect de la Constitution et des lois de la République, de garder scrupuleusement le secret des délibérations et des votes, de ne prendre aucune position publique, de ne donner aucune consultation à titre privé sur les questions relevant de la compétence des juridictions et d’observer, en tout, la réserve, l’honneur et la dignité que ces fonctions imposent. »  (Article 9).

Pourquoi ce principe sacro-saint semble avoir été tout simplement bafoué pour ne pas dire violé, en toute connaissance de cause, par Teliko et ses soutiens au sein de l’UMS ? Malheureusement, le ridicule ne tue pas sous les tropiques. Sinon comment expliquer l’attitude de défiance manifeste de certains membres de l’UMS, gonflés à bloc et faisant fi de toutes ces dispositions, réclamant urbi et orbi, la tête du Ministre de la Justice, un homme du sérail qui jouit de la confiance du Président de la République et dont l’honnêteté et la probité morale ne souffrent d’aucune ambiguïté.

En se trompant de combat et d’adversaire, l’UMS est en train de se fourvoyer comme si le fameux Teliko était au-dessus de la loi ?

En quoi la convocation de ce magistrat devant l’Inspection Générale de l’Administration de la Justice (Igaj) pour affaire le concernant, peut-elle créer un branle-bas dans les rangs de l’UMS. A moins que Teliko soit l’arbre qui cache la forêt.

Siaka Ndong

Journaliste

Chroniqueur judiciaire

laissez un commentaire