Kaolack a un nouveau milliardaire…L’argent coule à gogo

KAOLACK ET SON NOUVEAU CRESUS

La récente opération de charme de Pape Mademba Bitèye a Kaolack est très sujette à polémiques et secoue une opinion médusée et encore sous le choc. Le caractère opulent de sa dernière sortie inquiète et suscite moultes interrogations.

Le weekend dernier, l’actuel DG de SENELEC Pape Mademba Bitèye a étalé sa nouvelle puissance financière à Kaolack. De nombreuses ASC, groupements et familles ont pu bénéficier de ses largesses allant de kits alimentaires à des enveloppes bourrées de billets de banque. Le chef de file du mouvement KREM (Kaolack Roule pour l’Emergence avec Macky) ne lésine désormais plus sur les moyens pour mener une concurrence féroce aux autres leaders politiques Kaolackois qui jouaient jusqu’ici les premiers rôles.

kaolack
Pape Mademba Biteye, le nouveau milliardaire de la ville de Kaolack

L’enrichissement brusque et soudain de Bitèye constitue une équation à plusieurs inconnues pour les observateurs les plus avertis. Pour une personne qui n’avait obtenu le rang de Directeur qu’un mois avant sa nomination à la tête de la société, il est légitime de s’interroger sur tous ces millions distribués en espèces et en natures le temps d’un weekend. A défaut de rassurer sur son management à SENELEC du fait des nombreux contentieux et errements, il semble dans l’optique de se trouver une bouée politique pour se sauver du naufrage. Ainsi, il est devenu un distributeur automatique d’espèces sonnantes et trébuchantes à Kaolack.

Cependant, il y’a lieu de se demander la provenance d’une telle manne pour un responsable politique qui avait du mal à financer des thé-débats de quartiers. Ceci démontre une fois de plus que la nomination à certains postes constitue une aubaine pour des inconnus en mal de légitimité prêts à tout pour s’acheter une popularité leur ayant toujours fait défaut. Kaolack a désormais son Xalé Xaliss pour ne pas dire son Crésus plein aux as et étalant sa nouvelle richesse de manière insolente et ostentatoire.

De telles pratiques peu sobres et loin d’être vertueuses ne font que conforter une frange importante de l’opinion dans sa perception négative de la pratique politique avec des moyens conférés par une position dans l’appareil d’Etat. Ces actes extravagants dans une ville frappée en plein cœur par la crise économique qui sévit dans ce pays montrent que certains ne comprennent rien aux enjeux de l’heure et se lancent en toute insouciance dans une entreprise de destruction d’un appareil qu’ils sont sensés servir.

Abdoulaye THIAM