Ces DG qui « tuent » les Sénégalais…il faut les virer

Gestions calamiteuses des Directeurs généraux (DG) : Un audit de certaines sociétés nationales devient nécessaire

Les inondations meurtrières qui frappent mettent à nu l’incompétence du directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS). Lansana Gagny Sako est devenu un danger pour le Sénégal. S’il n’y avait que lui. Beaucoup de directeurs généraux (DG), de membres du patronat privé national à qui l’Etat a confié la gestion d’entreprises nationales pour participer à leur redressement se révèlent nuls et médiocres.

Le Président de la République Macky Sall, comme s’il sentait le coup venir, réclamait il y a quelques jours de cela qu’une évaluation lui soit faite du Plan décennal de lutte contre les inondations, lancé depuis 2012 et dont le budget est estimé à 750 milliards FCFA, lui soit faite. Les faits qui s’en sont suivis donnent raison à l’inquiétude du Chef de l’Etat qui a réclamé des comptes sur l’exécution du Plan décennal de lutte contre les inondations. Le Sénégal se trouve aujourd’hui englouti par les eaux, malgré le budget colossal mis à la disposition de ceux qui pilotent ce plan.

Lansana Gagny Sakho à la tête de l’ONAS qui dispose là-bas également d’un budget annuel passe tout son temps à occuper les médias sans pour autant s’occuper de la mission qui lui est confiée. Permettre au Sénégal de disposer d’un réseau d’assainissement adéquat. Le Président de la République Macky Sall en est réduit pour tirer les populations du désastre causé par l’incompétence de Lansana Gagny Sakho à déclencher le Plan Orsec.

L’incompétence notoire dont fait preuve le directeur général (DG) de l’ONAS doit pousser le Chef de l’Etat Macky Sall à exiger plus. Il doit profiter de cette situation pour exiger l’audit de toutes les sociétés nations nationales dont leurs gestions sont catastrophiques.

Contre vent et marées, le directeur général (DG) de la SENELEC Pape Mademba Bitèye fait ce que bon lui semble. Malgré la forte pression populaire, Pape Mademba Bitèye a choisi de rompre le contrat liant la SENELEC à AKILEE pour signer un autre de gré à gré avec une entreprise israélienne. Une affaire nébuleuse. Si nébuleuse que, Pape Mademba Bitèye a tout fait pour orchestrer toute une campagne pour légitimer son attitude. Voilà pourquoi, il devient impérieux qu’un audit soit fait de la gestion de la SENELEC, d’autant que des voix s’élèvent à propos de la dette de la SENELEC à la Centrale à charbon de Bargny.

L’ex DG, Me Moussa Diop quitte la société Dakar Dem Dikk (DDD). Le Président de la République a été bien inspiré de le virer de la direction générale de cette société nationale dont nombre d’observateurs s’évertuent à dire que les caisses sont vides. C’est pourquoi, même s’il est limogé de son poste de directeur général, DDD doit être auditée.

Il y a le cas du King Fahd Palace. Une société nationale dont la gestion est confiée à son PDG, Mamadou Racine Sy. Le King Fahd Palace est plus que jamais une entreprise au bord de l’agonie. Les travailleurs ne cessent de se plaindre de sa gestion catastrophique. Eux-mêmes ne savent plus, ce que leur réserve l’avenir. Le King Fahd Palace est au bord du gouffre. Des affaires douteuses, dit-on s’y déroule. L’on parle même d’intentions de brader une partie de son patrimoine foncier.

Xibaaru promet après enquête d’y revenir. Mais voilà une entreprise nationale dont la gestion est confiée à un privé, qui est en train de sombrer. Et un audit de sa gestion doit être fait.

La rédaction de Xibaaru