Ultimate magazine theme for WordPress.

Ibrahima Sène : « Chaque sortie médiatique de Sonko est un pas…dans l’extrémisme violent »

Ibrahima Sène du PIT (à gauche) et Ousmane Sonko du Pastef (à droite)
0
Qui pour arrêter les dérives extrémistes de Sonko ?
L’Etat républicain et démocratique, avec le soutien des Républicains et des Démocrates, au pouvoir, dans l’opposition et dans la société civile.
L’adage dit, que si malgré les forces de Défense et de sécurité dont il s’est doté, s’il ne peut pas se défendre, il ne mérite pas d’exister.
Depuis Mars 2021, chaque sortie médiatique de Sonko est un pas de plus dans ses dérives dans l’extrémisme violent, maintenant le peuple sous la hantise d’une reprise des violences sur des personnes et des destructions massives de leurs biens privés, et de leurs biens publics.
Cependant, ce qui est incompréhensible, c’est le sentiment de son impunité dont il se prévaut., et le soutien implicite, et souvent explicite, des organisations prétendument de Défense des Droit humains, au pays et à l’international.
Cette situation est devenue intenable, les forces républicaines et démocratiques sont aujourd’hui interpellées pour se mobiliser au côté des forces de défense et de sécurité qui ont le monopole exclusif du maintien l’ordre public et de la sécurité des personnes, des biens et des institutions de la République.
Les pressions et les chantages de recours à la rue, sur le pouvoir judiciaire, devraient donc, être contrées sans faiblesse aucune, pour mettre un terme à ces dérives dans l’extrémisme.
En effet, il n’existe nulle part dans le monde, un droit d’appeler à la destitution d’un Président de la République par la rue. Un tel appel est un délit d’une extrême gravité, qu’il faut sanctionner de façon préventive pour empêcher sa mise en œuvre., en tuant ce funeste projet dans l’œuf, pour éviter des drames humains qu’un tel appel irresponsable peut provoquer.
Son appel en mars 2021 avait produit 14 morts et des destructions massives de biens publics et privés, occasionnant plusieurs blesssé graves, sans aucune suite judiciaire, mais bien avec un report sine die de son audition après son inculpation pour viol présumé
C’est cela qui l’a encouragé pour menacer de déclencher une seconde vague plus meurtrière, si jamais son projet d’accéder au pouvoir est contrarié.
Le rejet de leur liste de candidats titulaires aux Législatives du 31 juillet prochain, dont il est la tête de liste, est pour lui l’occasion rêvée pour déclencher sa seconde vague dont, il menace le peuple depuis mars2021, cette fois non plus pour le soustraire de la justice mais pour aller directement au Palais y chasser le Président EN EXERCICE.
A cet effet, dans les réseaux sociaux, ses adeptes clament que 14 morts n’étaient pas suffisants en mars2021, mais, cette fois ci, il leur faut des centaines de morts pour réaliser leur Projet macabre ?
Ce funeste projet connu, de tous, ne devrait laisser personne indifférent, même les prétendues organisations de Défense de la démocratie et des Droits Humains.
L’Etat ne devrait faire preuve d’aucune faiblesse devant une telle forfaiture, qui le cas échéant ne serait non plus un délit, mais un crime contre l’humanité.
C’est la seule manière de sauver la vie de nos concitoyens, de préserver nos biens publics et privés, et de restaurer la paix civile et la stabilité du pays, en évitant que Sonko ne fasse des émules.
La liberté d’expression et les droits à la manifestation publique n’incluent nullement, et nulle part, un droit d’appel à l’insurrection pour destituer un Président de la république.
Ibrahima SENE PIT-SENEGAL
Dakar le- juin 2022
laissez un commentaire