Ultimate magazine theme for WordPress.

Les mercenaires de Sonko lâchent Macky et traquent un gros morceau de l’opposition

3

2024 sera très saturée pour tous les candidats qui lorgnent le fauteuil présidentiel. Le nombre de candidatures ne cesse d’augmenter. Ce qui menace considérablement l’électorat du leader du parti des patriotes du Sénégal pour le Travail, l’éthique et la Fraternité (PASTEF). Une chose que Ousmane Sonko et ses partisans comptent régler. A une quinzaine de mois de ces joutes électorales, l’armée virtuelle du maire de Ziguinchor cible un adversaire qui menace leur leader.

sonko
Le leader du Pastef Ousmane Sonko est-il devenu dangereux ?

Chez les patriotes, tout commence et se termine par Ousmane Sonko. Ces militants, composés pour la majorité de jeunes, ne jurent que par l’ancien député accusé de viol. La personne de Sonko est tellement sacrée que ces jeunes tirent sur toutes les personnes qui s’en prennent à lui. Le Président Macky Sall est leur principale cible. Ils trouvent toujours le moyen de vilipender le chef de l’Etat. Mais avec l’approche de la présidentielle, ils semblent changer de cible.

Aujourd’hui, ils s’attaquent à un allié dans leur combat contre le locataire du Palais. La nouvelle cible de Pastef n’est personne d’autres que le leader du mouvement Gueum Sa Bopp, Bougane Guèye Dany. Depuis quelques jours, les missiles des patriotes et des défenseurs de Sonko sont dirigés vers le Président Directeur Général du groupe D-Média et son groupe de presse. Le journaliste Babacar Touré, fervent défenseur de Sonko, accuse Bougane de travailler pour la survie du « système » contre Sonko et pour garder ses privilèges.

Une déclaration qui, faut-il le rappeler, a mis en colère les membres de Gueum Sa Bopp. Mais cela est loin d’arrêter les Sonko-boys. Désormais, ils accusent la Sen TV de lyncher médiatiquement le patriote en chef. Le tort de cette télé est d’inviter sur ses plateaux des personnes hostiles à leur leader. Et pourtant ils oublient que tous les journalistes qui les soutiennent ne cessent de s’en prendre au chef de l’Etat sur ces mêmes plateaux. Et là, ce n’est pas une campagne de diabolisation, mais du «patriotisme» selon leur définition.

S’en prendre à Bougane et sa télé relève de la démagogie. Le leader du mouvement Gueum Sa Bopp a, à mainte reprise, pris la défense de Ousmane Sonko. Cette télé attaquée fait partie des rares médias qui ont couvert les violentes manifestations de mars 2021. D’ailleurs, elle était même accusée d’attiser le feu à l’époque. Ces attaques rappellent celles dont étaient victimes les confrères du groupe futur média. Alors pour comprendre pourquoi les sbires de Sonko s’en prennent à un membre de l’opposition, il faut aller sur le terrain politique…

sonkoBougane Guèye, comme tous les leaders de l’opposition qui représentent une menace contre Sonko, doit être effacé de la course avant 2024. Ses opérations «Tiib Tank» et les actions sociales qu’il fait lui ont permis de gagner une bonne place dans les sondages. Contrairement à Sonko, Bougane est un candidat purement social. Vu le contexte économique actuel, le PDG du groupe D-Média pourrait détrôner Sonko dans certaines zones. Une chose que les patriotes ne comptent pas laisser passer.

Mais, politiquement, il sera difficile pour Pastef d’abattre Bougane. Alors, Sonko et ses partisans utilisent des moyens assez radicaux. Détruire l’image de Bougane et sa télé avant de passer à la phase de liquidation. Mais attention ! C’est une très mauvaise stratégie face à la situation politique actuelle. Avant de se lancer dans une guerre « interne », les membres de l’opposition devraient s’assurer que Macky Sall ne tentera pas le diable avec un troisième mandat suicidaire. Il n’y a qu’après avoir gagné cette bataille qu’ils pourront se mettre à se disputer le fauteuil du chef de l’Etat.

Mais quoiqu’il en soit, Sonko continue de faire le tour du Sénégal pour maximiser ses chances. Pendant ce temps, ses partisans creusent un fossé avec les personnes qui pourraient lui venir en appui s’il allait au second tour. A ce rythme, Pastef risque de s’essouffler avant 2024. Une nouvelle approche s’impose s’il veut le pouvoir.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (3)