Mimi Touré engage le combat et cogne…Macky Sall

Mimi Touré était partie avec la rage au cœur refusant de se laisser humilier sur l’autel d’un deal entre son Patron Macky Sall et son ennemi de tous les jours, Idrissa Seck. Aujourd’hui, elle revient, non pas en tant que militante déchue mais en lanceuse d’alerte sur les dangers d’un troisième mandat illégal…Ce qui ne devrait pas plaire au Président Macky Sall qui décapite tous ses partisans hostiles à « son 3ème » mandat…

Limitation des mandats : Mimi Touré met en garde Macky Sall

Aminata (Mimi) Touré déclenche la hache de guerre. Désormais libre, de ses mouvements et propos, elle vient de déclarer sans détour que le Président de la République Macky Sall ne peut briguer un troisième mandat successif à la tête de l’exécutif. Libre de toute fonction officielle, après avoir été destituée par le Chef de l’Etat Macky Sall de ses charges de Présidente du Conseil économique, social et environnemental, Aminata Touré a rejeté sans débat un éventuel troisième mandat du locataire du Palais.

Aminata Touré qui participait à une conférence virtuelle du National democratic institute (NDI), dont le thème est la limitation des mandats, déclare sans ambages : « Le Président Macky Sall réélu le 24 février 2019 a affirmé à de nombreuses reprises qu’il effectuerait son second et dernier mandat notamment le 31 décembre 2018. Donc, au Sénégal, la question est derrière nous comme je l’ai déjà dit à diverses occasions ».

Pour Aminata Touré, entre elle et le régime, la guerre est ouverte. Aminata Touré ne valide pas un troisième mandat successif du Chef de l’Etat Macky Sall à la tête de l’exécutif. Et, elle tient à avertir Macky Sall à qui, elle donne même un conseil au passage, lors de son intervention : « la limitation des mandats peut assurer une sortie honorable et paisible aux dirigeants en poste tout en favorisant l’arrivée de nouvelles générations et élites au pouvoir. »

Mimi Touré ne s’en cache pas. Elle va être en guerre contre Macky Sall, si ce dernier tente de briguer un troisième mandat en 2024. A la tête du CESE, Aminata Touré n’avait de cesse de subir les attaques que lui lançaient les faucons du palais. Elle a toujours été accusée par ces derniers de lorgner le fauteuil du Président de la République Macky Sall. Ce qui constitue un délit à leurs yeux.

La Machine de l’APR

Après ces déclarations, Mimi Touré qui n’a pas encore démissionné de l’APR risque l’exclusion. Certes la machine de l’APR devra se mettre en marche dans les heures qui suivent avec la sortie de la Task Force Républicaine (TFR) qui va disqualifier les propos de l’ancienne présidente du CESE et probablement du Secrétariat Exécutif National (SEN) de l’APR qui devra prononcer son exclusion.

La rédaction de Xibaaru