Quand l’opposition veut noyer la conscience populaire dans une inondation de contrevérités

Cette année, la saison des pluies est exceptionnelle au Sénégal et en Afrique de l’Ouest en général où les précipitations ont engendré d’énormes dégâts et des pertes en vies humaines.

Dakar, la capitale du Sénégal, et une grande partie du pays ont essuyé, le weekend dernier, des précipitations d’une intensité inhabituelle. Selon l’ANACIM, il a plu en un weekend plus de quantité d’eau qu’il n’en pleuvait en trois mois. C’est le lieu d’exprimer, ici, toute notre solidarité à tous ceux qui ont eu des sinistres durant les abondantes pluies du weekend en question.

Malheureusement, comme à son habitude, l’opposition sénégalaise, dans sa grande majorité, s’est précipitée sur ces précipitations, pour jeter l’opprobre sur le régime en place. Non contente de s’être terrée dans un sombre mutisme depuis le début de la pandémie de la Covid19, ces gens sans scrupules ont voulu utiliser l’inquiétude et le désarroi de la population pour reprendre leur exercice favori: blablater, piailler, raconter des inepties dans le seul but de discréditer le Président Macky Sall et son gouvernement. Lorsque, par exemple, le « patriote imaginaire » Ousmane Sonko pousse son audace jusqu’à avancer que moins de 60% des «767 milliards» du Plan décennal de gestion des inondations ont été utilisés, là nous sommes obligés de lui décerner le prix d’excellence de  » la fertilité d’esprit ». Comment quelqu’un ne disposant d’aucun instrument crédible lui permettant d’évaluer la part de l’enveloppe initialement dédiée au Programme décennal de lutte contre les inondations qui a été mobilisée au pourrait pouvoir la fixer à 60%? Il s’agit là encore, comme toutes ses sorties médiatiques, d’un discours frisant le ridicule et nous confortant dans notre idée selon laquelle ce Sonko là est d’une honnêteté intellectuelle trop légère. Et pire encore, qu’il sous estimait ses compatriotes au point de tout le temps leur rabâcher les oreilles avec des boniments à nuls autres pareils.

Que dire alors du PDS qui, poussant leur outrecuidance à l’extrême, exige un audit technique et financier des programmes de lutte contre les inondations? Alors là, nous sommes éberlués! Nous savons tous que la situation actuelle du pays, en terme d’assainissement, est issue de leur magistère. Combien de kms de chaussée ont-ils fait sans canalisations, sans égoûts ? Combien de familles ont-ils déplacé dans des sites marécageux? Et que dire de l’embouchure du fleuve à Saint-Louis ( n’oublions pas que tous les problèmes auxquels sont confrontés les populations de Saint-Louis et plus particulièrement de la Langue de Barbarie leur sont imputables). C’est en ayant constaté et mesuré tous les problèmes auxquels les populations étaient confrontées en période hivernale que, dès son accession à la Magistrature suprême, Monsieur le Président de la République a décidé en 2012, la tenue d’un conseil présidentiel dédié aux inondations qui aboutira à l’élaboration du Programme Décennal de Lutte contre les Inondations (PDLI) qui a fini aujourd’hui de montrer la pertinence de cette décision et des projets retenus.

Ce programme qui avait identifié trois axes pour sortir les populations des inondations

1. Aménagement du territoire,

2. Restructuration urbaine et relogement et

3. Gestion des eaux pluviales, était divisée en trois étapes

– Phase d’urgence (2012-2013),

– Phase court terme (2014-2016)

– Phase moyen et long terme (2017-2à22)

Le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, à travers l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), est chargé de la mise en œuvre du volet «Gestion des eaux pluviales».

A cet effet, l’ONAS a entamé depuis 2013, la réalisation d’importants projets structurants qui ont permis depuis, de protéger les zones ciblées des inondations.

Depuis le démarrage du programme, plus de 57 000 000.000 FCFA

A. Phase D’urgence (2012-2013),

La mise en œuvre de la phase d’urgence (2012-2013) qui a mobilisé plus de 30.000.000.000 FCFA a permis la réalisation des projets ci-après :

a. Drainage des eaux pluviales de la RN1 et environs par la réalisation d’une station de pompage de 7.200 m3/h

b. Drainage des eaux pluviales de CICES, Ouest Foire et Environs

c. Réhabilitation et Renforcement des stations de pompage d’eaux pluviales de Grand-Yoff, Zone de Captage et Bourguiba

d. Réhabilitation et Renforcement d’une vingtaine de stations de pompage à Dakar

e. Drainage des eaux pluviales de Touba

f. Drainage des eaux pluviales de Bambey

g. Réhabilitation et Renforcement de treize (13) de stations de pompage en région.

B. Programme Décennal de Lutte contre les Inondations – Phase moyen et long Terme (2014-2016)

D’un montant d’environ 8.000.000.000 FCFA, cette phase a principalement profité à la banlieue de Dakar. Elle a permis d’exonder des zones inondées et de permettre à plusieurs centaines de personnes de retrouver les maisons qu’elles avaient quittées depuis 2005.

Elle a concerné :

Drainage des eaux pluviales à Pikine et Thiaroye :

– réhabilitation des stations de pompage de Gouy Sapot et Départemental 103 ;

– construction de trois nouvelles stations de pompage à Sam-Sam 2, Hainoumady et Diawar Diagne ;

– drainage gravitaire de divers points bas tels que Tally Carreaux, Guinaw Rail Nord, Ainoumady et Hamdallaye.

– construction d’un bassin de stockage à la station de pompage de cité Diougkhope

Drainage des eaux pluviales à :

– Guédiawaye par la réhabilitation et le renforcement des stations de pompage de Cité Diounkhop et Stade Amadou Barry ;

– Parcelles Assainies par

o la réalisation de systèmes de pompage à Oilybia Fadia, Lycée de Parcelles, cité SHS, Unité 17

o le drainage gravitaire du point bas de Hamo 1 ;

o la construction de la station de pompage d’eaux pluviales d’Unité 24

o la réhabilitation de la station de pompage d’eaux pluviales de Grand Médine, Ndiaga Mbaye et d’Unité 13

– Hann Maristes et Environs par la construction de systèmes de pompage à ITA, CPI, Zakat House et par le drainage gravitaire de la mosquée Imam Kane et du Croisement Mèches Darling.

Drainage des eaux pluviales en régions:

Qui a principalement concerné le drainage des points bas :

– de la cité Sonatel à Mbour,

– de Roukh Bou Sèèw, de Golombitt et du marché Ndoumbé Diop à Diourbel, du marché RN1 à Thiadiaye, de Khakhoun à Kaolack et de l’école 5 à Kaffrine

– Drainage des eaux pluviales de Saint Louis :

C. Programme Décennal de Lutte contre les Inondations – Phase Court Terme (2017-2022)

Au titre de la phase moyen et long terme (2017-2022), 2018 verra la réalisation de plusieurs ouvrages pour poursuivre la lutte contre les inondations notamment dans les villes non encore traitées

Ainsi des systèmes de drainage seront réalisés pour un cout global de plus de 7.000.000.000 FCFA.

Ce travail de longue haleine est en train de porter ses fruits si nous regardons maintenant les populations de Hann village par exemple, qui sont satisfaits des efforts fournis par l’État pour les sortir du calvaire des inondations. Alors, messieurs de l’opposition, arrêtez de politiser la souffrance des populations!

La Cellule Républicaine d’Information et de Communication (C.R.I.C)