Hommage à Iba Guèye Le Grand…Par Serigne Mbaye Kassé

Iba, je ne pleure pas de t’avoir perdu, mais je me réjouis de t’avoir connu…

La vie n’a de sens que pleinement vécue. Iba, tu as eu la chance de mener ton existence en étant au service des opprimés, des démunis et des enfants. Pour ainsi dire, tu as dignement rempli ta mission sur terre en défendant les causes nobles.
Administrateur civil de classe exceptionnelle, Iba tu as toujours été un commis de l’Etat au service de la République. Une République que tu as servie avec fidélité, loyauté et honneur. Contrôleur régional des Finances, dernier ministre de la jeunesse et des Sports dans le gouvernement de son Excellence le Président Abdou DIOUF, Premier Président du Conseil Régional de Diourbel, Directeur du COUD et de la Caisse de Sécurité Sociale, ancien Maire de Mbacké et j’en passe, tu as toujours été un homme affable, poli, courtois, disponible et d’un commerce facile. Je me souviens du jour où tu as pris la décision de quitter de ton propre grès le COUD. Dans le secret de ton bureau tu m’avais confié, je cite : «le COUD est certes un poste d’honneur et de privilège, mais après plus de 4 ans de mission, je préfère quitter moi-même pour une autre station car ce n’est pas indiqué pour un fonctionnaire de s’éterniser dans un poste ». Après le COUD, tu t’es retrouvé Directeur de la Caisse de Sécurité Sociale, une direction que tu as quittée également en anticipant à ta retraite. Pour ainsi dire que tu ne t’agrippais pas à un poste.
Patriote et nourrissant un amour sans égale pour la ville dont tu préférais être le Maire plutôt que d’occupait un poste de Ministre,  Souleymane Diop journaliste m’avait confié , « au lendemain de son départ de la Municipalité, dans le secret de son salon: Iba l’avait dit «certes j’ai quitté la Mairie, mais je te demande d’apporter ton concours à l’actuel maire auprès de tes amis Turcs pour la réalisation des projets que j’avais signés avec la municipalité de Gerede». Ces mots témoignent à plus d’un titre l’amour que tu nourrissais pour Mbacké où tu as vu le jour en 1952.
Cher Grand frère, aujourd’hui tu es parti et mon seul regret est de ne pas t’avoir dit au revoir lors de la dernière visite que je t’ai rendue à ton domicile aux Almadies. Ce jour, frappé par la tristesse et la compassion, j’étais obligé de quitter ta chambre sans te serrer la main.
Iba, ce mercredi 21 juillet coïncidant avec le Magal de Mame Mor Diarra, la mort t’a emporté pour un voyage vers l’éternel. De par ce voyage, qu’Allah fasse que tu regrettes ton séjour terrestre face à ton séjour dans l’autre monde. A l’image de tous tes amis, tes parents et anciens collaborateurs, la peine est immense.
Garmi, né dans les terres fécondes du Baol à quelques jets de pierres de Darou Salam et de Touba la sainte,ton décès est une vraie douleur au cœur et à l’âme.
Mon Grand, qu’Allah fasse que ton départ soit le début d’une nouvelle vie dans un monde paradisiaque.
Ce mercredi, après t’avoir accompagné jusqu’à ta dernière demeure, que de larmes d’amitié et de peine me sont montées aux yeux. Et aussitôt les souvenirs défilaient dans ma tête. Je me souviens, de ta contributions sur toute la ligne dans ma réussite ( Étude, frais personnel, me confier au Maire de l’époque Papa Youga Dieng qui me formait dans son bureau puis Abda Fall au COUD j’ai occupé toutes les fonctions de responsabilités dans cette dernière institution ou je suis actuellement chef de service) bref tu me considèrerais comme ton propre frère. Une relation que tu ne cessais de me confirmer à chacune de notre rencontre. Et en bon talibé mouride doublée d’une humilité et d’une modestie sans faille, tu ne lésinait par sur les moyens pour apporter ton concours à tous les événements religieux du département .
Le hasard n’existe pas cette amour mutuel entre nous à fait que j’étais à tes côtés dans le corbillard qui te transportait à ta dernière vers Bakhiya la sainte.
Iba tu n’es pas mort, tu as simplement arrêté de vivre parmi nous. Dieu à qui tu as voué une grande partie de ta vie, que tu as tant loué et adoré, c’est ce Dieu qui t’a choisi parmi tant d’autres pour un voyage vers l’au-delà.
Aux cimentières de Touba, la tristesse qui se lisait sur le visage de tes enfants témoigne que tu étais le meilleur des pères, le meilleur des papas. Idem pour tes épouses que j’ai trouvées à ton domicile à Mbacké. Elles avaient de la peine à retenir leurs larmes car elles ont compris avoir perdu un époux, un protecteur, un guide, un bon chef de famille qui ne ménageait aucun effort pour mettre sa progéniture dans d’excellentes conditions.
Certes, je ne suis pas dans le secret de Dieu, mais au regard des fines gouttes de pluies qui t’ont accompagné durant ton dernier voyage pour l’éternité, je peux présager que tu dors à côté de ton illustre guide religieux Serigne Abdou Lahad Mbacké.
Dans ta vie durant, tu étais, une personne juste, attentionnée, généreuse, gentille…et j’en passe…
Ton altruisme m’a ébloui, tu vivais pour les autres plus que pour toi. La mort n’est pas l’obscurité, c’est une lampe qui s’est éteinte car le jour se lève ailleurs.
Ne pleurons pas de t’avoir perdu, mais réjouissons-nous de t’avoir connu…
Cher Grand frère, repose en paix. La vie ne dure qu’un instant, mon amitié fraternelle envers toi est éternelle.
Je ne t’oublierais jamais.
Bon voyage IBA le GRAND
Serigne Mbaye KASSE
Chef du service de l’hébergement du COUD à l’ Université du Sine Saloum et éternel serviteur de Iba Gueye