Macky Sall : « L’Artisanat est au cœur de mes politiques de développement »

La 2e édition du salon international de l’Artisanat de Dakar s’est ouverte hier après-midi, au centre des expositions de Diamniadio. Une cérémonie présidée par le chef de l’État, Macky Sall. Qui, dans son allocution, a célébré un secteur « dynamique » mené par des « hommes de conviction », et au « génie créateur débordant’’, soutenant que « l’artisanat est au cœur de ses politiques de développement. »

« L’artisanat transcende la dimension artistique. J’ai vu beaucoup de créativité de la part des femmes, et des jeunes. L’inspiration et la valeur ajoutée sont énormes à travers la production des meubles, des bijoux, des tissus, etc. », a-t-il magnifié dans les colonnes du journal Le Soleil, repris par Emedia. Et d’ajouter :  » (L’artisanat) est un facteur de stabilité et de cohésion sociale, qui intègre les couches vulnérables dans le circuit économique par le biais de la transformation des produits et la gestion des ateliers de production. »

Sur la voie de l’émergence, Macky Sall a estimé qu’il faut accorder une grande importance au secteur. Mieux, a-t-il insisté, « il faut en faire un pilier du développement. » Dans ce sillage, a-t-il dit : « J’ai l’ambition de faire du secteur de l’artisanat un pilier de l’émergence. J’ai orienté mon action vers la croissance des revenus des artisans par la modernisation de l’activité et l’amélioration de la productivité des entreprises artisanales en nombre et en qualité ».

L’une des idées exposées par le chef de l’État, c’est de procéder à une mutation des unités de production artisanale en Petites et moyennes entreprises (PME) ou industries (PMI). Ce, « pour impulser davantage le secteur, et pousser les acteurs à une plus grande productivité, tout en mettant la qualité. »

Par ailleurs, le projet de mobiliser public a été mis en place pour favoriser le consommer local, a-t-il rappelé. Ce, pour permettre aux artisans d’avoir accès à la commande publique. « Nous avons dit 15% mais nous l’avons très tôt dépassé. En 2017, nous étions à 65%. Nous devons aujourd’hui, maintenir le cap sur une longue période ». Ainsi, selon lui, il est impératif que les manières de faire soient aux normes internationales pour conquérir, et consolider des parts de marchés. En ce sens, a-t-il encore relevé, le talent ne suffit pas, il faut se mettre au diapason en fonction de l’avancée technologique.

Ainsi, s’agissant du suivi, il a donné des directives à la Délégation à l’entrepreneuriat rapide (DER) pour que 2 à 3 milliards F CFA soient réservés aux artisans.

Des délégations venues du Maroc, du Niger, de la Guinée, du Mali, du Cap Vert, du Bénin, du Cameroun, du Burkina Faso, de la RDC, et de la Turquie, pays invité d’honneur, ont pris part à la rencontre.